003 Pense Bêtes

PENSE-BÊTES
Roland Topor

« Le temps est aussi pollué que l’espace. Je viens de passer un sale quart d’heure qui m’a convaincu ». Cet extrait du Pense-bêtes de Roland Topor donne le ton de ce recueil d’aphorismes. Touche-à-tout de génie, peintre aussi inspiré qu’écrivain, dramaturge ou graveur, Roland Topor a laissé une œuvre immense et polymorphe toujours à redécouvrir. Réédité parallèlement par les éditions Wombat et Phébus, Topor reconquiert enfin les librairies. L’Apocalypse est particulièrement fière de commencer son programme de textes avec ce recueil d’aphorismes de Topor, qui précèdera Les Lundis de Delfeil de Ton et des textes de Gébé, bref, une vision quelque peu alternative de la littérature. Quand on est génial dans trop de domaines, comme Topor, on prend le risque que la postérité ne vous mette nulle part : voilà un “déconneur” qui, non content d’être polymorphe, voisine ici avec la poésie, voire la philosophie la plus métaphysique. Initialement paru au Cherche-midi en 1992, ce livre de chevet était introuvable depuis longtemps. « Lève-toi et rampe. »

EXTRAIT